Sexualité infantile

Les phases de la sexualité infantile d´après Freud

 Quand l´illustre Freud, le père de la psychanalyse, nous dit, que la plupart (pour ne pas dire tous) de nos problèmes de relations viennent de l'enfance, nous devons, au moins en partie, être d'accord avec certaines de ses considérations théoriques. Prennons comme point de départ, la sexualité infantile. Nous sommes des êtres sexués, nés avec un sexe; ou masculin ou féminin, la sexualité grandissant avec nous et qui nous accompagne jusqu'à la fin de nos vies. Comment nous allons vivre notre sexualité est déjà un chapitre à part de toute cette procédure sexuelle qui motive l'être humain. Mais une chose est sûre: C'est au début de nos vies, dès l'enfance que tout commence, avec la découverte de la sexualité, et là, nait les racines de notre vie sexuelle, qui nous apportera ou pas, des difficultés dans notre vie adulte.
 Les problèmes et/ou les difficultés rencontrés sont, pour la plupart, les réflexes d´une étape mal vécue de notre enfance.
 Et quelles étapes sont celles qui aident à construire notre caractère et à former notre personnalité?
 Cette discussion va aborder strictement le point de vue psychanalitique de Freud, car finalement c´est lui qui a découvert les principes de la théorie sur la sexualité et son intime relation avec la construction de notre personnalité.
 Revenons un peu sur les découvertes de Freud sur la sexualité infantile.
 La libido, qui n´est rien de plus qu'une espèce d'énergie sexuelle, traverse quelques phases dans le développement neurophysiologique de l'enfant, jusqu'à ce que celui-ci devienne un adulte capable d´avoir des rapports sexuels. Les différentes phases et leurs caractéristiques:
  * Phase orale: de la naissance à un an d´âge. Cette étape orale d'organisation de la libido constitue le premier moment du développement psychosexuel, où tout plaisir est senti par la bouche et Freud nous dit que l'objet de satisfaction de cette étape est le sein maternel, dont chaque enfant établit une relation définie par la succion. L'aliment, le lait maternel et/ou le biberon peuvent produire de l'affabilité, avec la déglutition, l'ingestion, ou le mécontentement, en l´expulsant de la bouche. Les modes d'activité orale, sont les prototypes de beaucoup de traits du caractère qui peuvent apparaître plus tard.
  * La phase anale: de 2 à 3 ans d'âge a aussi pour caractéristique fondamentale la recherche pour le plaisir, mais ce plaisir est maintenant, dans l'anus et le rectum, ce qui signifie que maintenant le plaisir est ressenti, pendant l'instant de l'évacuation. C'est vers la 2ème année de vie, que l'enfant, sans abandonner complètement le plaisir oral, commence à privilégier les excitations provenant de la zone anale, provenant du jeu avec les excréments et l´urine. Pendant l'évacuation l'enfant maintient les fesses en contact avec l'urine encore chaude et les excréments pâteux lui donnant des sensations agréables. Et le contraire existe aussi, c'est-à-dire, que l'enfant dénote des signes de mécontentement quand l'urine et les excréments commencent à se refroidir dans son corps quand l'apprentissage de l'hygiène et l'éducation exigent de la part de l'enfant, une étroite régularité des excrétions, c´est alors que s'impose une double norme:
  - L'enfant ne doit pas se salir avec les excréments et l'urine;
  - Les excrétions doivent être effectuées à des heures plus ou moins établies.
étant ainsi, nous aurons comme résultat de ce processus chez la plupart des enfants une certaine adaptation à ces exigences, supposant le plaisir dans l'estime des parents. Sont innombrables les traits de caractère qui ont leur origine dans la phase anale.
  * Phase phallique: cette phase commence dès la fin de la seconde année de vie, quand l'enfant commence à renoncer au plaisir obtenu par la manipulation des matières fécales. Le passage de la phase anale à la phase phallique ne vient pas de manière spontanée. Elle se produit quand l'enfant se voit obligé au nom de l´esthétisme ("sale", "laid", "caca"), à abandonner son objet de plaisir: les excréments. Néanmoins cet abandon peut seulement être accompli avec succès, quand la mère et/ou la personne qui s´occupe de l´enfant, se révèle une personne aimable, qui est capable de substituer les excréments jusqu'alors objet de satisfaction.
 Pour les garçons et les filles, le développement de l'organisation de la libido se produit d'une façon générale, de manière identique, c'est-à-dire, qu´il n'y a pas de différence sexuelle. Est pratiquement inexistante la séparation psychique des genres masculin et féminin.
 Pour l'enfant, pendant la phase phallique, il existe "un seule organe", ou plus précisément, une seule espèce d'organe sexuel : le "phallus". En psychanalyse le terme conserve la signification de l'expression greco-latine.
 Il faut comprendre que le phallus n'est pas le pénis. Celui-ci signifie, plus précisément, une organe génital commun, dans son espèce, le genre humain, se traitant par conséquent, d'un organe essentiellement imaginaire. Il est courant que des garçons et des filles perçoivent ce phallus respectivement, comme le pénis ou le clitoris. Nous pouvons penser, alors, que l'enfant, commence une attribution de plaisir, dans la région génitale, qui provient des excitations provenant de la miction, qui apporte une croissante importance dans la manifestation de la sexualité. Et finalement, vient la phase du complexe d'Oedipe, qui est la constitution centrale de la théorie freudienne de la personnalité. L'histoire des phases du développement, qui marquent de manière très claire le caractère humain, est l'histoire de ce rapport maternel-infantil: phases orales, anales et phalliques.
 L'enfant passe la phase orale par une symbiose avec la mère et/ou la personne qui s´en occupe, sachant qu´elle devient la seule source alternative de survie. Si nous n'avions pas les soins d´autruis, nous pourrions mourir. Dû à cela, nous sommes obligés d'une manière ou d´une autre de créer des liens émotionnels pour que cette mère s´occupe de nous. Nous pouvons vérifier à l´aide de cela, que l'autisme est une des possibles conséquences de ce processus au cas où il n'y aurait pas ce lien émotionnel, cette symbiose nécessaire à la phase orale de l'enfant. Déjà à deux ans, l'enfant passe par la phase anale, où il va apprendre à avoir des rapports avec le monde, tant dans l'absorption que dans l'expulsion de ses contenus, avec les excrémentss. Aussi dans cette phase, l'enfant possède déjà l´acquisition de la langue, la perception qu´il existe un autre (bien que la vision soit totalement égocentrique). Si le passage de cette phase a été mal vécue, cela peut transformer de tels enfants en des adultes avec des comportements de tyrannie accompagnés des manifestations de pouvoir.
 Et c'est à trois ans d'âge approximativement, que l'enfant passe par la phase phallique, où il y a une délinéation sur la perception des rôles dans la société. Commence alors un modelage culturel ainsi que les préjugés sur ce que c'est d´être fille ou garçon. S'installe dans cette phase, la notion de pouvoir et l'augmentation d'intérêt pour soi-même, principalement pour les organes génitaux, se manifestant avec la masturbation, l'exhibitionnisme, et la tendance d´avoir un plus grand contact physique avec le sexe opposé. Apparaissent aussi les fantasmes sexuels, qui généralement sont associés à la masturbation. Quand cette phase phallique est mal vécue, il peut se produire chez l´adulte un comportement bisexuel ou même de psychopathe.
 Avec l'arrivée de la phase génitale, plus connue sous le nom de complexe d'Oedipe, chaque enfant suivra son rôle, faisant une interaction avec son geniteur du même sexe et en agissant de manière plus hostile et séduisante avec son geniteur de sexe opposé, dans un jeu d'apprentissage.
 Quand il y a quelque chose de conflictuel dans cette étape de la vie de l'enfant, est quand il y a de la part d'un des parents, des comportements d'hostilité ou même d´absence, l'apprentissage de cette phase pourra donner des dommages psychologiques, ce qui se reflètera directement dans les futures relations sexuelles.
 Nous sommes arrivés à l´essence même de la question, à nos rapports sexuels avec autrui, où nous nous découvrons toujours à travers cette personne que nous choisissons, comme si l'autre était un miroir, et ainsi nous allons assimiler, reconnaître ou même différencier cet autre de nous.
 Ce qui se produit, en fait, dans un langage plus simple pour une bonne compréhension est que, ou nous réussissons à prendre tout le plaisir que chaque phase fournit (et nous devenons des adultes émotionnellement sains), ou nous nous fixons à une ou plusieurs phases en reproduisant le manque de contenu émotionnel et les troubles dans les relations.
 De toute façon, c'est dans nos relations intimes, que nous sommes toujours dans une recherche continue et inconsciente, de la récupération de notre résolution Oedipienne, pour devenir des êtres humains authentiques dans la recherche du plaisir et d´une complète satisfaction!
Adriana Sommer
Sexologue


La sexualité pendant l´enfance        
Cherchez nouveaux amis/es
Je suis/Nous sommes un(e)/des
Recherchant un(e)/des
Agé(es) entre
e&t
Recherchant...
Pays
? SexeMasturbation.com Textes traduits au français par Florent Brichet. La reproduction totale ou partielle est interdite.


free hit counter
Free Hit Counter